TRACER GPS GPRS, BALISES DE SUIVI DE VEHICULE
Systèmes de suivi des véhicules ou des hommes 

suivi de personnes ou de vehicule passif, GSM Tracker small, datalogger GPS, clé gps, micro gps espion, Data Logger GPS système de suivi passif de trajet et statistiques de trajet SkyPatrol TT8850, nanotracker, tracker GPS, localisateur GPS Balise GPS GPRS, suivi de vehicule temps réel, gestion de flotte GPS GPRS 3G spy phone gsm, Spy Phone Call Interception, GPS Tracking, Remote Monitoring Software MDVR - enregistreur video embarque avec prise de controle vidéo a distance GPRS et traking

Mouchard GPS
TrackStick

Nano Tracker
Mini balise GPS

Balise GPS  GPRS

Fleet
Management

RF Traking

Mobile Phone Traking

Systèmes embarques vidéo et traking gps

 

TRAKING GPS-GPRS, SOLUTIONS GEO LOCALISATION, GESTION DE FLOTTE DE VEHICULE CAMIONS




Les services de géolocalisation des véhicules de première génération (EutelTracs et Mobiloc) sont aujourd'hui concurrencés par des solutions mixtes GPS-GPRS. Les offres des opérateurs mobiles, plus abordables, contribuent à la démocratisation de cette technique.

Au début, le choix n'existait pas. Les entreprises qui souhaitaient optimiser les mouvements de leur flotte de véhicules n'avaient à leur disposition qu'une seule technologie de géolocalisation : le service satellitaire EutelTracs, transposition en Europe du service OmniTracs que Qualcomm avait introduit aux Etats-Unis dès 1988.

 

Ce système fonctionne en mode bidirectionnel dédié, sans doute d'une grande précision et d'une très vaste étendue de couverture, mais onéreux. Un boîtier installé sur le véhicule récupère les données de position des satellites GPS ( Global positioning system ) de l'armée américaine, puis les retransmet, via un satellite Eutelsat, avec les rapports d'activité du véhicule vers le centre européen de traitement Qualcomm, situé en France près de Rambouillet (Yvelines), dans une station terrienne de France Télécom. Le centre les renvoie ensuite par lien terrestre ou Internet au siège de l'entreprise cliente, où elles sont cartographiées sur une base MapPoint, de Microsoft.

 

En sens inverse, l'entreprise cliente peut adresser des messages personnalisés à chacun de ses véhicules équipés d'un terminal embarqué dédié, doté d'un écran 325 x 325 mm et d'un clavier de soixante-dix touches.

 

Pour autant, EutelTracs n'est pas mort. Le terminal est aujourd'hui facturé 2 500 euros, frais d'installation compris. Le service, lui, coûte de 40 à 50 euros par mois et par véhicule. En standard, il comprend l'envoi d'un rapport par heure, de trois messages libres par jour et par véhicule, et de deux cents messages préformatés par mois et par véhicule.

 

« C'est aujourd'hui un service de gestion de flotte complet et totalement intégré, souligne Laurent van de Brouck, directeur France de Qualcomm. Il permet la remontée de toutes les données utiles : données sociales du conducteur, données techniques du véhicule et données des chargements. »

 

Depuis six mois, deux nouveaux services en mode ASP - ViaWeb et QTracs Web - permettent aux logisticiens de suivre l'évolution de leurs chargements. EutelTracs reste surtout pertinent pour les transporteurs routiers longue distance, puisqu'il les libère de la complexité et des lacunes du roaming international du GSM-GPRS. Il équipe à ce jour 25 000 véhicules en Europe, dont près de 5 000 en France, parmi lesquels quelque 1 600 semi-remorques de la société Transports Giraud.

 

En 1994, Télédiffusion de France (TDF) est le premier, à travers sa filiale Mobiloc, à proposer une alternative. Il introduit une localisation des véhicules par triangulation radio par rapport à ses propres points hauts. Les terminaux embarqués ressemblent à ceux d'EutelTracs, mais la couverture se limite à l'Ile-de-France et à l'agglomération lyonnaise. En dix ans, Mobiloc n'a donc séduit qu'une centaine d'entreprises, soit, à ce jour, pas plus de 3 400 véhicules.

 

Depuis deux ans, cependant, le paysage a beaucoup changé. La géolocalisation, basée sur le système satellitaire GPS, a évolué, pour se mettre à la portée du plus grand nombre et viser de nouveaux marchés comme le traçage et le blocage des véhicules volés. Une nouvelle génération de boîtiers embarqués a remplacé la voie de retour satellite vers le siège de l'entreprise, d'abord par une connexion GSM Data, puis par une connexion GPRS toujours active, donc plus économique. Pour des motifs de commodité, les prestataires ont cette fois tendance à privilégier le mode ASP.

 

L'entrée en scène des opérateurs mobiles

Autre fait nouveau, l'arrivée sur le marché des opérateurs de téléphonie mobile. Capitalisant sur la densification de leur réseau cellulaire, Orange et SFR permettent désormais de localiser les véhicules via le téléphone mobile de leur conducteur. Cette localisation peut paraître rudimentaire, puisqu'elle ne consiste, en réalité, qu'à localiser le relais radio auquel se rattache, momentanément, le conducteur. Mais elle peut être jugée suffisamment précise en milieu urbain, où la marge d'erreur ne dépasserait pas deux cents mètres.

 

Comme pour EutelTracs ou Mobiloc, cette localisation par la cellule liée à la couverture radio GSM (Cell-ID) peut être intégrée à des fonds cartographiques numérisés et à un logiciel de gestion de flotte. La tendance actuelle est, là encore, d'offrir cette prestation en ASP, car ce mode décharge l'entreprise des tâches périodiques de mise à jour, par CD-Rom, du logiciel et de sa cartographie, tout en n'exigeant qu'un équipement minimal : un PC, un navigateur Web et une connexion à 56 kbit/s ou ADSL à internet.

 

Le revirement d'Orange est, à cet égard, significatif. Au départ, la filiale de France Télécom était très ambitieuse. Ainsi, avec Road Online, elle entendait fournir aux transporteurs une solution, clés en main et sur mesure, de traçage et de gestion de flotte. Hélas, on ne s'improvise pas expert des applications métiers sans expérience ! Le programme a bien vite été abandonné, et Orange se borne aujourd'hui à fournir les données x et y de géolocalisation, sous une forme directement exploitable.

 

Une API Orange plus performante

Ce repositionnement n'a pas été sans tâtonnements. Dans une première version, Orange a livré son API des données x et y en langage Java. Mais ce choix s'est avéré inadapté. En collaboration avec Webtiss Technologies et Globe Staff Consulting, tous deux basés en France, une nouvelle API a été développée en XML-RPC, permettant aux données x et y d'être extraites par un moteur XML Apache, et stockées dans une base mySQL sous Linux. Cette nouvelle API est présentée comme stable. « Elle nous permet d'exécuter une requête en trois secondes », se félicite Jean-Gilles Subervie, PDG de Globe Staff Consulting.

 

Sur cette base, Webtiss Technologies a conçu Geofleet, un service en mode ASP de localisation et de traçage d'abonnés Orange, qui peuvent bénéficier d'une offre Découverte conjointe, gratuite pendant un mois. Geofleet combine en effet deux contrats : un contrat Orange (200 euros de frais de mise en service auxquels s'ajoutent un abonnement de 100 euros par mois pour toute la flotte et 0,08 euros par requête de localisation) et un contrat Webtiss (500 euros par an d'abonnement pour l'accès à Geofleet, plus 8 euros par mois par téléphone GSM localisé, quel que soit le nombre de requêtes).

 

Compatible avec tout terminal Orange, Geofleet vise les flottes de quinze à trois cents mobiles. Il utilise la cartographie Ismap sur fonds de cartes Tele Atlas. Il intègre l'échange de SMS et établit l'historique des déplacements. « Sa précision (jusqu'à 200 m en ville et 5 km en rase campagne) suffit pour optimiser les mouvements des personnels, souligne Jean de Brossiat, directeur commercial de Webtiss Technologies. Elle ne suffit évidemment pas pour faire de l'aide à la navigation, ni pour réagir efficacement au vol de véhicules. »

 

A ce stade, Geofleet n'inclut pas non plus le reporting, ni la remontée des données sociales (il faudrait à cet effet le coupler au GPRS). Mais sa simplicité d'usage devrait séduire les PME. Il aurait raflé aujourd'hui les deux tiers des quelques dizaines de comptes géolocalisés d'Orange. Globe Staff Consulting a adopté le même mode de localisation. Mais en excluant, pour le moment, le mode ASP.

 

«  Le serveur ASP ne doit jamais tomber en panne , explique Jean-Gilles Subervie. Il conserve les données de localisation, ce qui pose aussi un problème de sécurité, car il y a toujours des failles. » Globe Staff Consulting préfère donc la formule du pack logiciel incluant le CD-Rom de cartographie Map&guide, de PTV Online. Ses tarifs comprennent 1500 euros de logiciel GeoTrak, 590 euros de mise en service, 8 euros par mobile et par mois, et 650 euros par an pour la maintenance et le service support. « GeoTrak m'évite d'appeler partout pour savoir où sont mes hommes. Je peux simuler leur temps d'arrivée, comparer le théorique de leurs rendez-vous au réel... » , souligne Jean-Gilles Subervie. Globe Staff Consulting compte également proposer, au prix unitaire de 300 euros, un minimodule SIM Trace v.2 sans la fonction téléphonique, qui permettra de localiser les véhicules de chantier.

 

La nouvelle offre SFR Localisation, lancée en septembre dernier, procède en revanche d'une approche très différente. L'opérateur fait le pari de vendre lui-même, et sous ses propres couleurs, un service en mode ASP entièrement packagé, qui peut se coupler à tout abonnement SFR Entreprise déjà existant. Autre particularité : SFR Localisation repose sur des cartes SIM Java de 64 Ko, d'Axalto (une filiale de Schlumberger), qui lui apportent l'alerte de zone - émission d'un signal quand le mobile entre ou sort d'une zone prédéfinie. Même la cartographie est en mode ASP : elle s'affiche sur le PC gestionnaire à chaque requête de localisation. Il est donc recommandé de raccorder le PC gestionnaire sur une ligne ADSL.

 

L'offre de SFR vise la gestion de livreurs et de techniciens de maintenance. Elle prévoit deux types d'usage : récurrent (un forfait de 35 euros pour 100 localisations par mois) et à la demande (un abonnement de 2 euros par mois et par ligne, plus 0,95 euro la localisation). Mais il faut y ajouter 465 euros de frais de mise en service par accès PC gestionnaire. Bouygues Telecom pourrait suivre, en se contentant, comme Orange, de fournir à ses clients et aux prestataires spécialisés les données de localisation, soit par simple Cell-ID, soit par triangulation de Cell-ID.

 

Le GPS reste le plus précis

Ceux qui ont besoin d'une grande précision (de 3 à 5 m), en ville comme en rase campagne, préféreront, quant à eux, la localisation GPS, d'autant plus qu'elle peut maintenant se dispenser de la voie de retour satellite et du terminal embarqué dédié. La paternité de cette simplification est revendiquée par le nord-américain WebTech Wireless, fondé par des anciens de Motorola.

 

Il est le premier, en effet, à avoir introduit, en novembre 2001, un boîtier GPS muni d'une sortie GSM ou GPRS pour la transmission périodique des données de localisation - les messages retour étant cette fois reçus par le conducteur sur un PDA. Le concept a fait mouche. Il a été repris par une multitude d'acteurs qui se persuadent que le marché va enfin pouvoir se démocratiser.

 

Grâce aux boîtiers WebTech, couplés à des PDA Compaq dotés d'une jaquette GPRS, Mobiloc est ainsi en mesure de proposer une couverture nationale. Son service sous-jacent de cartographie Tele Atlas, de gestion de flotte et de messagerie est resté le même : il est facturé au tarif inchangé de 45 à 65 euros par mois et par véhicule. Le boîtier embarqué ne coûte plus que 1000 euros, au lieu de 1500 euros pour le boîtier Mobiloc de l'ancien système.

 

En attendant de pouvoir fournir ses services par le biais de la future constellation de satellites Galileo, concurrents européens du GPS, Thales Telematics s'est lui aussi calé sur le même modèle. Il a conçu et industrialisé son propre boîtier GPS-GSM-GPRS embarqué à bord des véhicules, qu'il fait tourner avec une cartographie Navtech et son propre logiciel de gestion de flotte. Comme ceux de WebTech, ce boîtier peut raccorder des capteurs externes pour la remontée de données techniques (moteur, portes, réfrigérateur...). Son prix est d'environ 500 euros et 150 euros de frais d'installation, plus un abonnement de 20 à 25 euros par mois et par véhicule, contre le vol uniquement, ou de 50 à 60 euros par mois et par véhicule avec la gestion de flotte mais sans capteurs externes.

 

Thales Telematics, qui a déjà équipé plus de trente mille véhicules en cinq ans, est très ambitieux. « Outre la gestion de flottes, nous visons le marché des loueurs d'engins, des assureurs, du BTP, de la remontée des kilomètres parcourus, de la gestion du vol, des applications de boîtes noires, des preuves de livraisons, du péage automatique, etc.  » , énumère Stéphane Meyer, directeur commercial de la société. Le mode ASP est d'ores et déjà opérationnel.

 

D'autres solutions sur le marché

Le britannique Minorplanet, spécialiste de la gestion de flotte de véhicules avec son produit VMI (250 000 véhicules équipés dans le monde), a suivi le mouvement. Au récent salon Mobile Office, il a dévoilé son nouveau boîtier GPS-GPRS AeM5000, se couplant avec un PDA en Bluetooth. Il a également montré un boîtier autoalimenté GPS-GSM-radio AeM4100 pour le traçage des remorques. Il faut encore citer, en France, Nomadic Solutions, qui propose son logiciel de gestion de flotte NStrac sur les bases cartographiques Geomedia d'Intergraph et sur le boîtier GPS-GPRS du Taïwanais Systems & Technologies.

 

En France, la vie privée doit être respectée

La géolocalisation d'un véhicule par le biais du téléphone mobile de son conducteur ne peut être mise en oeuvre en France qu'à condition de permettre à tout moment l'activation-désactivation de la localisation sur le combiné.

Orange demande en outre au directeur de la société cliente de signer une attestation de consentement, par laquelle il s'oblige à avertir les personnels concernés. Ce problème ne se pose pas pour la localisation des véhicules par GPS, puisque seul le véhicule est localisé. Mais il faut prévenir le personnel de la remontée des données sociales.

Ces contraintes sont généralement bien acceptées des conducteurs et techniciens de maintenance, mais moins bien des VRP payés à la commission.


Galileo, le challenger européen du GPS

Le projet européen de constellation de satellites Galileo commence - enfin - à prendre forme : les consortiums concessionnaires seront bientôt désignés. Ils devront lancer les premiers satellites avant fin 2005, faute de perdre les fréquences.

A la différence du GPS nord-américain, il s'agit d'un programme civil. Soutenu par dix-sept pays européens par l'intermédiaire de la Commission européenne et de l'Agence spatiale européenne, il entend fournir cinq niveaux de services de positionnement : général, applications professionnelles, aide à la navigation aérienne et maritime, sécurité gouvernementale, et localisation des appels de SOS. Au mieux, la constellation de trente satellites entrera en phase d'exploitation en 2008.


Les Cars rouges tracés par Masternaut

L'une des plus belles applications de géolocalisation GPS-GPRS du moment est sans doute celle qui a été réalisée en mode ASP par la société Masternaut pour les Cars rouges. Elle rafraîchit toutes les trois minutes la position et le statut (marche, arrêt ou en attente) de vingt-deux bus à impériale circulant dans l'agglomération parisienne.

D'autres fonctionnalités sont fournies, tels l'indicateur de vitesse, le zoom, la reconstitution des trajets parcourus ou la remontée des données sociales des conducteurs. La base peut ainsi vérifier à tout moment que chaque bus respecte son plan de route dans les délais impartis, pour un prix de 90 euros par mois et par véhicule. Ce système peut aussi s'appliquer aux Cars rouges circulant ailleurs qu'en région parisienne.

Jean-Claude Streicher 01 réseaux, le 22/03/2004

Allwan-Security France Distributeur videosurveillance & securite allwan secuirty fabriquant cameras durcies et sous marine Video surveillance securite camera sous marine fibroscope camera endoscopique geolocalisation systemes video embarque camera de recul enregistreur numerique dvr mdvr

| Accueil | Allwan | Contact | Conseils | Internet | Sécurité Développement | Formation |Location | Vidéo | Surveillance | Consulting | Surveillance embarquée | Micro caméras | Moniteurs et valises |Cameras espion | Tourelles PTZ, Recepteurs de télémétrie |Fibroscopes industriels  | Endoscopes industriels |Développement vidéo spécifique | Applications |Infra rouge | Cameras sur rail | Transmetteurs Wifi | Wimax |Surveillance de chantiers | Surveillance habitations | Les packs vidéo | Cameras embarquées | Location saisonnière | Speed dome & dome IP |  | Cameras IP | cameras solaires | surveillance IP a distance | Camera télescopique | Vision industrielle | Camera & caisson ATEX | Detecteurs de camera | Generateur solaire pour camera |
| Classification indices de protection IP | Detecteur de camera espion | spyfinder | Data Logger GPS | Tracer GPS |géo localisation |
| suivi de véhicule et de personnes | camera & enregistreur pour le sport | services | Enregistreur portatifs habitation |